Comment se débarrasser des (vraies) migraines?

Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien 🙂

Aujourd’hui je reviens avec un article un peu spécial ( et un peu long je l’avoue) qui, je l’espère de tout cœur, pourra vraiment vous aider ceux qui souffrent. Mais tout d’abord, laissez moi vous raconter une petit histoire.

Hier soir, après une journée entière passée à l’ordinateur, à écrire des articles et uploader des vidéos, un mal de tête commence à s’installer. Et là, c’est le drame! Si vous êtes comme moi, que vous avez souffert ou souffrez encore de migraines, vous connaissez sûrement ce moment où on commence à avoir des aiguilles dans les paupières, à avoir une barre qui s’installe dans le crâne et nous réduit le cerveau en purée. Notre sensibilité à la lumière s’accroit, nos mouvements se font plus rares et plus lents…bref c’est le début de la fin; et rien que de savoir la douleur qui nous attend, on stresse et on a envie de pleurer.

Dans ce cas, on sait pertinemment que rien ne pourra nous calmer et que la seule solution reste d’attendre que la tempête passe: allongée sans bouger, dans le noir, à l’abri de tout bruit, de toute odeur…en somme de tout stimuli; quand (par chance) on ne rend pas ses tripes dans la bassine qu’on pose à côté du lit…

Or, hier soir donc, pour la X ième fois consécutive, ce mauvais présage ne s’est pas transformé en catastrophe. Ce matin je me réveille donc fraîche comme un gardon et me dit que je dois absolument vous faire cet article! Nécessité de Santé Publique oblige!

Concrètement, cela fait plus de 3 mois que je n’ai pas eu une seule migraine; alors, étant donné mon passé, je ne vous laisse imaginez le soulagement et le besoin de partager mon expérience avec ceux dont les migraines empoisonnent la vie. Bref, comment j’ai réussi à me débarrasser des migraines? Explications!

Mon passé:

Aussi loin de je m’en souvienne j’ai toujours eu des migraines. Mais attention, les vraies; pas juste ce petit mal de tête qui passe avec un « Doliprane » (que tous les migraineux qui se sont vu entendre « prend un Doliprane, ça va passer » par quelqu’un qui ne sait absolument pas de quoi il parle, lèvent la main!), celles à côté desquelles le « mal de tête de lendemain de cuite » ressemble à du pipi de chat vous savez? Avec vomissements, pleurs et j’en passe. Impossible d’aller au cinéma sans rentrer malade, d’aller à un concert ou bosser ses cours en paix. Véritable handicap invisible que personne ne comprend, aggravé par le moindre mouvement (parole, marche etc. quant au fait de monter les escaliers ou de soulever une charge je n’en parle même pas…), vous faisant passer pour une feignasse et/ou chochotte aux yeux de tous. Un poids quotidien, avec lequel j’étais persuadée que j’allais finir mes jours.

La rééducation oculaire, les traitements anti-migraineux, les baumes du tigre, alcool de menthe et autres gestes de secours ayant, quelque peu, permis de les atténuées pour un temps mais rien de bien transcendant.

Ce qui a changé pour moi:

Été 2013, je deviens végétalienne, et là, presque instantanément, mes migraines diminuent considérablement. Impossible à l’époque d’expliquer si cela venait du fait que j’étais moins exposée aux hormones (naturelles et de synthèse injectées aux animaux) ou aux protéines animales. La seule chose que je constatais était que, dès que je faisais un écart (fromage par exemple), je récoltais une migraine.

Mais, si j’avais supprimé toute hormone et protéine animale de mon alimentation, pourquoi avais-je encore des migraines (plus rares, certes, mais tout de même présentes)?

La réponse m’a sauté à la figure quand j’ai décidé d’arrêter la pilule en Décembre 2014. Du jour au lendemain, mes migraines se sont littéralement envolées! Et cela ne peut pas être psychologique car, nulle part, je n’avais lu ou entendu de témoignage pareil. Au contraire, toutes celles qui parlaient de leur arrêt de pilule se plaignaient des nombreux effets indésirables qu’elles avaient subis.

Cela dit, même si je ferais un article sur le « Pourquoi j’ai arrêté la pilule », il me semble important de vous préciser que j’ai un profil hormonal progestatif (prédominance de progestérone qui entraîne beaucoup d’acné, des règles pas spécialement douloureuses, ni excessivement abondantes, et pas de tensions dans la poitrine) alors que la majorité des femmes ont un profil hormonal œstrogénique (inverse de progestatif). En théorie, l’équilibre hormonal se crée en choisissant une pilule ayant un profil hormonal contraire au votre (pilule à prédominance œstrogénique si vous avez un profil progestatif et pilule progestative si vous avez un profil œstrogénique…vous me suivez toujours?). Or, qu’il s’agisse de pilules de 1ere, 2eme, 3eme ou 4ème génération, toutes contiennent des progestatifs de synthèse qui faisaient, quoi qu’il en soit, augmenter mon taux basal.

Ainsi, d’après ce que j’ai pu constater, toutes les hormones (notamment progestérone) que j’ingurgitais, en plus de celles que je produis déjà, ne faisaient qu’accroître mes prédispositions: migraines, acné, et rétention d’eau principalement.

C’est donc en diminuant au maximum ma consommation d’hormones (de source alimentaires et médicamenteuses) que j’ai vu disparaître mes migraines.

Et le gluten?

J’irais même au delà du seul fait des hormones, en incriminent aussi le gluten (dans une moindre mesure, certes, mais tout de même) et en vous annonçant que mes maux de têtes (aussi simples soient-ils) se font plus rares depuis que je n’en consomme plus. Coïncidence? Je ne pense pas. Au Japon j’ai dû en remanger pas mal et j’avais mal à la tête presque en permanence. Or, depuis que je suis rentrée, et que je l’ai viré de tous mes plats, finie la sensation d’enclume sur la tête. Certains y verront un signe, d’autres une théorie fumeuse, mais, quoi qu’il en soit, le confort intestinal, mental et cutané que je retire de ce régime sans gluten est indéniable. Et, rien que pour ça, je suis satisfaite.

Bien évidemment, ma prédisposition génétique fait que j’ai plus tendance à avoir des maux de tête que les autres personnes mais, au moins, aujourd’hui je peux les faire disparaître rapidement en prenant un comprimé d’Ibuprofène ou en me mettant un peu de Baume du Tigre sur les tempes. Je peux désormais vivre tranquille, sans avoir peur de faire une crise à tout moment.

Attention, cet article ne fait absolument pas foi d’essai scientifique! À travers celui ci je ne prétend absolument pas avoir le remède miracle à vos migraines qui, il faut bien le savoir, peuvent avoir autant de causes différentes qu’il existe de moyen de les traiter. J’espère juste que mon témoignage pourra vous donner des idées de pistes, sur lesquelles vous pourrez réfléchir et travailler, pour atteindre le mieux être que vous méritez.

Votre état de santé n’est pas une fatalité, alors soyez des malades curieux et intelligents; renseignez vous réellement et posez vous les bonnes questions 🙂

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires, et à me faire part de votre expérience à vous.

À très bientôt pour un prochain article,

M.M

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s